Mort d'un garimpeiro.

Modérateur: benjamin

Mort d'un garimpeiro.

Message par benjamin » Lun Fév 16, 2009 9:56 am

"# A l'occasion de la mort d'un garimpeiro brésilien lors de tirs sur les gendarmes sur l'Approuague, récemment répercutés par la presse de Guyane, le quotidien Diario do Amapá (propriété d'un proche du gouverneur Waldes et du néo-président du sénat José Sarney, ainsi que de son acolyte Gilvam Borges) a repris sa campagne anti-française.
# Cette fois-ci, c'est l'escarmouche ou les gendarmes se sont fait tirer dessus et ont répliqué, tuant l'un des assaillants et faisant prisonniers les dix autres occupants de la pirogue, qui fait la une. L'article n'est écrit que sous l'angle de la famille du mort réclamant le corps et se heurtant aux problèmes administratifs afférents, dans le but évident de faire un lien avec le cas de la femme noyée lors d'un intervention sur la Mana l'année dernière, notamment. Ainsi le gros titre de une cherche à créer un lien entre les deux affaires, qui n'ont rien à voir dans leur déroulement : "La police française empêche le repêchage du corps de l'orpailleur".
# La plus grande part de l'article est consacrée à la dénonciation de la politique de lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane. La présentation des faits ne relève que très brièvement et très allusivement les tirs contre les gendarmes.
# S'il est légitime que la presse se fasse l'écho et dénonce les dérapages, il est bien évident que la mauvaise foi flagrante de ces articles vise un double but: souder par un populisme facile des Brésiliens volontiers nationalistes derrière le pouvoir local en place, et mettre la pression sur les opérations anti-orpaillage clandestin en Guyane, qui dérangent de très gros intérêts financiers et politiques dans l'Amapá. A cet égard la réélection au poste de deuxième personnage de la république du Brésil de José Sarney, allié des politiciens les plus complaisants envers les garimpeiros, n'est pas une bonne nouvelle.
# Merci à Steeve, brasilonaute vigilant, de m'avoir signalé l'article."



Il est exact qu'il y a eu quelques (rares) dérapages mais on ne peut quand même pas laisser des gendarmes se faire tirer dessus sans qu'ils ne ripostent. Dans bien des états brésiliens, un tir contre une patrouille de la PM aurait entraîné un massacre, avec éventuellement des blessés torturés et achevés!

Effectivement il y a de très gros intérêts en jeu dans l'Amapa, mais plus loin aussi et en Guyane également, ne l'oublions pas. La solution ne consisterait-elle pas à inviter des journalistes brésiliens à assister à des opérations pour qu'ils communiquent sans intermédiaire? Il en est beaucoup, qui sont plus indépendants qu'on ne le croit, et la vérité apparaîtrait: pour un garimpeiro tué par un gendarme (vraisemblablement en légitime défense), combien de torturés et de massacrés dans la forêt par des criminels sans foi ni loi?

Et pourquoi ne pas dépenser une infime partie des crédits du Quai d'Orsay pour faire une campagne de pub sur les médias locaux pour dénigrer l'action des grossium qui, la plupart du temps, transforment les garimpeiros en otages? Enfin on pourrait suggérer la réouverture des placers amapaenses, aussi riches que les guyanais mais qui ont été fermés par des méthodes autrement expéditives que celles de la gendarmerie. Ce n'est pas un hasard si les garimpeiros ne se risquent pas à les exploiter...

Une fois de plus, l'état ne sait pas communiquer!
Benjamin
Avatar de l’utilisateur
benjamin
 
Message(s) : 420
Inscription : Dim Juil 01, 2007 1:53 pm
Localisation : Meaux (3/4) - Belém (1/4)

Retour vers Commentaires sur les articles de Brasilyane.com

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron